En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
Devenir Premium
Accueil > Actualités > Brèves du turf > Grand Prix d'Amérique 2018 : « Driver Bold Eagle dans le prix d'Amérique comme une quatrième ou cinquième chance pour essayer de gagner »

Grand Prix d'Amérique 2018 : « Driver Bold Eagle dans le prix d'Amérique comme une quatrième ou cinquième chance pour essayer de gagner »

Le 17/01/2018 à 17h30

Grand Prix d'Amérique 2018 : C'est ainsi que Thomas Bernereau, copropriétaire du champion c'est exprimé suite à la défaire du crack

Grand Prix d’Amérique 2018 : Retour sur la course de ce dimanche par l’un des plus proche du cheval

Courtier, Thomas Bernereau est celui qui a effectué la transaction entre JEt Dubois et P Pilarski au moment de l’achat du cheval, achetant par la même une part de 10 %. Depuis, Thomas Bernereau est très proche du champion et ses propos d’après courses sont forcément à prendre avec un grand sérieux. « Driver Bold Eagle dans le prix d’Amérique comme une quatrième ou cinquième chance pour essayer de gagner », c’est ainsi qu’il s’est exprimé dans les colonnes de notre confrère Province Courses. Dès lors, l’heure n’est plus à vouloir impressionner, celle de gagner uniquement est venue, tels pourraient interprétés ces propos de l’entourage de BOLD EAGLE. Maintenant, cela ne doit pas être vu comme un aveu de faiblesse, mais comme le constat que le champion ne possède plus la même marge que par le passé. Et encore, cela pose question si l’on voit la facilité apparente du cheval dans le dernier tournant de ce Grand Prix de Belgique, semblant ne devoir « faire qu’une bouchée » de BIRD PARKER à ce moment. La faille est finalement plus morale que physique, le fils de READY CASH n’ayant plus montré la même volonté de vaincre depuis sa victoire dans la batterie qualificative de l’Elitloppet, épreuve où il battait le record d’Europe avant d’être nettement dominé en finale. C’est également ce qu’évoque Thomas Bernereau lorsqu’il dit dans cet entretien. « Lors de ses quatre dernières courses, Bold Eagle a été battu de peu à chaque fois, mais c’est surtout la manière qui nous inquiète aujourd’hui (lire dimanche). Il faut travailler son mental. Depuis la finale de l’Elitloppet, on constate qu’il ne traverse plus ses adversaires. Il est possible qu’il se soit fait mal dans cette course qu’il a terminée en étant très fatigué et qu’il ne veut plus se faire mal. Je ne dis pas que c’est ça, mais c’est une possibilité. Ce qui est clair, c’est qu’il faudra le driver dans le Prix d’Amérique comme une quatrième ou cinquième chance pour essayer de le gagner. Dans les quinze jours qui viennent, je pense que Sébastien (Guarato) va tout changer pour le mettre dans une autre configuration, en l’emmenant notamment à la mer. ». L’heure est donc aux remises en question, à minima d’un point de vue tactique, pour celui qui sera néanmoins très certainement installé favori le dernier dimanche de janvier, malgré tout. On se dirige vers une drive moins offensive, une drive afin de lui permettre de sortir d’un bon dos au dernier moment, tactique qui soumettra le cheval aux aléas et une éventuelle prise de position ou d’avance décisive par l’un de ses trois rivaux annoncés, PROPULSION, READLY EXPRESS ou BIRD PARKER...

Grand Prix d’Amérique 2018 : De nouveau battu, Bold Eagle s’est pour la quatrième fois de suite contenté de la quatrième place, du jamais vu

Avant le 10 décembre et le Grand Prix du Bourbonnais, BOLD EAGLE n’avait jamais été battu deux fois consécutivement. Second la fois précédente de AUBRION DU GERS dans le prix d’Eté, un contre temps l’avait privé d’effectuer sa rentrée dans le Grand Prix de Bretagne. De nouveau second, déjà de BIRD PARKER dans ce Grand Prix du Bourbonnais, le contre temps pouvait expliquer cela. L’inquiétude a commencé à poindre dans le Grand Prix de Bourgogne. Second une troisième fois consécutive, il était dominé par un exceptionnel PROPULSION. Le chrono relativisait cette défaite et mettait surtout en avant le talent du vainqueur. Maintenant, l’échec de dimanche installe un véritable questionnement, car même si il est difficile d’appeler échec une seconde place cela en est un, Pierre Pilarski ne s’en étant pas caché en disant qu’il s’agissait de sa première réelle déception vis à vis de son champion. En effet, si l’on peut mettre de côté la seconde place face à PROPULSION, BOLD EAGLE courant de belle manière tout de même ce jour là, les deux défaites face à BIRD PARKER ressemblent à celle face à AUBRION DU GERS dans le prix d’Eté. Telle peut être résumée la situation, une situation, non point alarmante, BOLD EAGLE restant l’un des meilleurs sans contestation possible, mais semant un doute évident avant de faire face à la possibilité d’une passe de trois dans l’Amérique qui serait retentissante. Ceci dit, les légendes se créent dans la difficulté et à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, et si BOLD EAGLE parvenait à vaincre à nouveau le succès serait peut être encore plus beau… Photos Scoopdyga

Pariez sur Genybet.fr : 130 € de bonus offerts


Article écrit par Sylvain Kerichard

< Retour à la liste des actualités